Comment optimiser ses flux et processus logistiques ?

Tout savoir et comprendre sur les transpalettes et gerbeurs

Comment optimiser ses flux et processus logistiques ?

6 juin 2022 Non classé 0
comment-optimiser-ses-flux-et-processus-logistique

Il s’agit d’adopter de bonnes pratiques qui vont générer des bénéfices importants, partagés par l’ensemble du groupe. C’est-à-dire à la fois par l’entreprise et par tous les acteurs impliqués dans sa chaîne d’approvisionnement. Pour y parvenir, il est nécessaire de suivre un certain nombre d’étapes, notamment la mise en place d’outils adaptés. C’est la condition sine qua non pour gagner en fluidité, en efficacité et en rentabilité au sein de sa Supply Chain. Explications sur les flux et les processus logistiques.

acheter un transpalette

Flux et processus logistiques : de quoi parle-t-on ?

Avant d’optimiser vos flux et processus logistiques, vous devez comprendre ce qu’ils sont et comment ils fonctionnent. Cela vous donne une idée de ce qui existe et de ce qui peut être fait pour améliorer les choses.

Les flux et processus logistiques désignent les activités qui sont menées successivement tout au long du cycle de vie d’un produit, de sa fabrication à sa distribution. On parle aussi de « chaîne de valeur » ou de « chaîne d’activité ». Ces activités comprennent les mouvements physiques (produits finis, matières premières, composants, sous-ensembles, etc.) et les flux d’information.

Types de flux logistiques

Il existe deux grands types de flux :

  • Il y a les flux et processus logistiques internes, ou  » flux de production « , qui désignent l’ensemble des mouvements et circulations physiques (transformation, usinage, manutention, gestion des stocks intermédiaires).
  • Et les flux et processus logistiques externes, qui sont eux-mêmes divisés en deux catégories. Les flux amont (ou d’approvisionnement), qui désignent les mouvements du fournisseur vers l’entrepôt. Les flux aval (ou de distribution), qui vont de l’entrepôt aux points de vente ou aux clients finaux (produits finis). Ces processus logistiques sont matérialisés par une chaîne d’activités spécifiques : conditionnement, stockage, manutention, transport.
Voir aussi :  Comment choisir son entrepôt ?

L’optimisation des processus logistiques consiste à rationaliser la chaîne logistique en adoptant des méthodes de production pertinentes.

Les différents modes de production

Ces méthodes de production, si importantes pour la gestion et l’optimisation des flux et processus logistiques, sont les suivantes :

La méthode dite du « flux poussé » ou « make to stock ». Ce processus consiste à produire et à stocker des marchandises en fonction de l’état du marché et du carnet de commandes, en anticipant les besoins. L’avantage est que les stocks sont prêts à répondre à la demande. L’inconvénient est le risque de sur-stockage et donc de charges financières supplémentaires ou, au contraire, de pénurie et donc de manque à gagner pour l’entreprise.

La méthode du « flux tiré » ou « make to order ». Cette approche vise à rationaliser ses processus logistiques en partant de la demande réelle pour planifier la production. Une commande entraîne la fabrication du produit et son expédition. L’avantage est qu’il n’y a pas de stock, donc pas d’invendus ni de ruptures de stock. L’inconvénient est que les délais de livraison sont fortement allongés.

La méthode du « juste à temps ». Ce processus s’appuie sur un flux régulier et contrôlé de matières premières (en amont) et de produits finis (en aval) pour minimiser les stocks. Il s’agit d’une forme idéale de logistique de la chaîne d’approvisionnement : pas de stock, mais pas non plus de délais de fabrication et d’expédition. Le produit arrive sur place quand l’entreprise en a besoin. Cela signifie que vous pouvez compter sur une chaîne d’approvisionnement optimisée. L’avantage est une gestion idéale des ressources. L’inconvénient potentiel est la plus grande fréquence des livraisons, qui génère un coût.

Voir aussi :  Comment emballer et préparer correctement une palette de marchandise pour le transport ?

La méthode du « flux synchrone ». Cette approche est essentiellement la même que celle du « juste à temps » : l’approvisionnement en matières premières et en pièces détachées est adapté au processus de production, en fonction des besoins. Là encore, cela n’est possible qu’avec une chaîne logistique parfaitement optimisée.

Comment optimiser vos flux et processus logistiques ?

Optimiser les flux et processus logistiques, c’est mettre en place des stratégies pour gérer ces mouvements avec une efficacité maximale. Pour cela, il faut d’abord comprendre les enjeux, puis cartographier les flux, et enfin les automatiser et les optimiser grâce au Supply Chain Management (et aux outils dédiés).
Comprendre les enjeux liés aux flux logistiques

Avant toute chose, vous devez analyser votre chaîne logistique afin d’identifier les goulots d’étranglement et les  » points sensibles  » où les ressources sont gaspillées. Ces points peuvent être :

  • le transport,
  • la manutention,
  • le stockage,
  • la production,
  • la livraison.

Cet audit préalable est indispensable pour mettre en place des actions correctives. Il est également nécessaire de distinguer les activités de la Supply Chain en fonction de leur valeur ajoutée. Toutes les activités n’ont pas la même valeur : certaines sont superflues, sources de gaspillage, ou simplement apportent peu de valeur à la Supply Chain. Leur élimination contribue à l’optimisation de vos processus logistiques et vous donne un avantage concurrentiel, car vous pouvez vous concentrer sur les activités à forte valeur ajoutée (comme le contrôle de la qualité).

Cartographie des processus logistiques

La deuxième étape consiste à représenter physiquement les processus logistiques (physiques ou informationnels), sous forme de diagrammes, afin de mettre en évidence les leviers d’amélioration. Cette  » cartographie de la valeur  » est essentielle : elle vous permet de déterminer dans quelle direction vous devez aller.

Voir aussi :  Tout ce que vous devez savoir sur le conseil en innovation

Grâce à ces représentations visuelles, vous mettez en évidence les délais de production, les produits intermédiaires (stocks, encours, etc.), les activités de transport et de manutention, les ressources et leur utilisation (productivité, rentabilité, etc.), les éventuels problèmes liés à la qualité et les flux d’informations entre les acteurs de la Supply Chain.

Simplifier et automatiser les flux

Une fois que vous avez identifié les points de blocage, il est temps d’agir sur vos processus logistiques en simplifiant et en automatisant votre Supply Chain. C’est ce que l’on appelle le Supply Chain Management. Pour ce faire, vous devez mettre en place les bons outils, ceux qui vous permettront de…

  • de gérer efficacement vos flux,
  • d’établir des relations de confiance entre les acteurs de la Supply Chain,
  • de réduire les risques de dysfonctionnement en améliorant la communication,
  • d’atteindre ou de maintenir un niveau de qualité optimal,
  • de rendre les processus logistiques plus flexibles,
  • réduire vos coûts,
  • augmenter vos marges,
  • réduire vos délais de livraison,
  • augmenter la satisfaction de vos clients.

Vous pouvez atteindre ces résultats en adoptant un logiciel TMS de transport (tel que DDS Shipper), une plateforme de transport collaboratif (Join2ship), un outil d’importation de la chaîne logistique (DDS Import), une solution de Freight Forwarding (DDS Freight) ou une solution d’achat international (DDS Sourcing). Contactez DDS pour en savoir plus et choisir l’outil le mieux adapté à vos flux et processus logistiques !

acheter un transpalette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *